Le poisson et le bananier : une histoire fabuleuse de la traduction

Savoir plus et réserver
 

 Défense et illustration de la traduction

 

Contrairement à ce qui est annoncé par son second titre, Le Poisson et le bananier n’est pas à proprement parler une histoire de la traduction. Car même s’il contient une mine d’informations sur l'histoire de cette utilisation particulière du langage dont l’histoire remonte à la plus haute antique, l’opus de David Bellos constitue en réalité une Défense et illustration de la traduction. Son auteur “est professeur de littérature française et comparée à Princeton University (USA), où il dirige le cursus de traduction et de communication interculturelle” peut-on lire en quatrième page de couverture. David Bellos est né en Angleterre, a longtemps vécu en Ecosse, parle le français sans aucun accent comme vous pourrez le constater sur la vidéo ci-dessous. Il est le traducteur vers l’anglais de Georges Perec (Life, a User’s Manual), de Romain Gary (Hocus Bogus), de Fred Vargas (Have a Mercy on Us All)  et d’Ismaïl Kadare d’après les textes français (The File on H).

L’organisation du livre n’est pas chronologique contrairement à ce que l’on attendrait d’une histoire plus académique. Il est organisé en une suite d’essais chacun proposant une approche - souvent aussi inattendue que stimulante - du phénomène de la traduction.

Ainsi, l’ouvrage s’ouvre naturellement sur la question de savoir ce qu’est la traduction. Là, d’emblée David Bellos secoue bien des idées reçues. Le suite s’enchaîne sur une série de réflexions discutant un aspect de l’art de traduire dont chacune met le doigt sur la complexité de notions que l’on tient pour évidentes lorsqu’on est trop superficiellement confronté à la pluralité des mondes linguistiques; qu’est-ce qu’un mot? quel est le sens du mot sens?

David Bellos ne manque pas non plus de reviser quelques mythes tenaces sur les rapports des hommes avec leurs langues; la notion de langue maternelle, la soit disant centaine de mots pour dire “neige” en langue Inuit, la Tour de Babel, la poésie perdue à la traduction, traduction/trahison, l’intraduisible etc.

On retrouve analysées aussi des problématiques plus classiques; la traduction littérale, les belles infidèles, la géopolitique de la traduction littéraire, la traduction automatisée (Google traduction) etc. On en apprend beaucoup les impressionnants dispositifs qui font travailler des centaines d’interprètes et traducteurs dans les organisations internationales; la complexité des dispositifs linguistiques au sein des institutions européennes et des Nations Unies. Vous serez édifié sur l’étonnante philosophie de la traduction qui a cours dans les institutions européennes (voir le chapitre, Ceci n’est pas une traduction).

Chaque chapitre de ce livre vous transporte dans une variété d’univers tous aussi passionnants les uns que les autres; ainsi, la fascinante histoire des drogmans, ces traducteurs- interprètes catholiques d’origine vénitienne recrutés par l’Etat Ottoman à partir du 15ème siècle, installés dans le quartier de Pera à Istambul où leur importance cruciale au plus haut niveau dans le jeu diplomatique de la Porte avec l’Occident a favorisé la constitution de véritables dynasties de traducteurs.

Au final, on ressort de cette lecture avec des idées beaucoup plus claires sur les langues et le langage. En choisissant de nous conter une histoire fabuleuse (où l'humour n'est pas absent), et non une histoire rédigée dans les formes académiques, David Bellos a livré la plus efficace des défenses et la moins ennuyeuse des illustrations qui soit d'un art et d’un métier injustement méconnu mais dont l’actualité n’a jamais été aussi forte qu’en ces temps de mondialisation effrénée; car, aucun de nous n’échappe la traduction - songez seulement à la proportion de messages traduits qui nourrissent votre vie quotidienne: depuis le mode d’emploi de votre sèche-cheveux au film américain doublé que vous regardez le soir.

 

David Bellos est aussi l'auteur d'une biographie de Georges Perec; Georges Perec : une vie dans les mots (éditions du Seuil).

SHARE