Pangramme, de Fanette Mellier - Exposition "Les Joueurs"

PANGRAMME

Une installation de Fanette Mellier présentée dans l'exposition Les Joueurs, coproduite par l’École supérieure d’art et design Le Havre—Rouen (ESADHaR) , l’École supérieure d’art et de communication de Cambrai ( ESAC) et l’École supérieure des beaux-arts de Nîmes. Première exposition lors d’Une Saison Graphique 14, Le Havre 2014.

Fanette Mellier, Pangramme

Composé d’une casse, rangement de 26 lettres, et de deux composteurs, Pangramme de Fanette Mellier met en scène un véritable atelier graphique, passé, futur et présent. Offerts à la manipulation dans l’exposition, les lettres, dont l’impression a été confiée à 20 imprimeurs différents, structures, industries, artisans ou ateliers, sont imprimés à 1000 exemplaires chacune.
Pour cette installation éclatante de couleur et de diversités techniques d’impression, certaines qualités d’emblée les plus visibles n’ont pas été maîtrisés par la graphiste  : le choix de paramètres ont été laissés libres aux imprimeurs et cette liberté exposée s’offre au spectateur en tant que 26 objets graphiques relevant de la sérigraphie, de la gravure, de l’offset, de la risographie, etc.
La présence des composteurs indique une invitation au jeu, de composition de mots, de phrases, de composition de jeu d’opposition de formes graphiques des lettres. Le titre de l’installation Pangramme propose même un défi  : composer une phrase utilisant l’ensemble des 26 lettres de l’alphabet  !

Fanette Mellier, Pangramme, 2014, installation avec mobilier et papier.
photo ®philippe-dony

Ce défi place le spectateur dans la matière même dont traite Pangramme  : l’interaction du graphisme et de l’imprimerie, qui se déploie à travers les actions que l’installation suggère  : l’utilisation de la casse et des lettres qu’il contient et de la validation des compositions graphique par le pangramme, tel qu’il peut être utilisé par de graphistes, typographes ou imprimeurs, afin de tester un caractère dans son utilisation. Car il y a deux couches dans Pangramme  : la couche visible et lisible ici, dans l’exposition  ; la casse qui rend les lettres manipulables et qui leur offre une existence potentielle en tant que texte. Et il y a Pangramme en tant que système de production ayant résulté en cette pièce visible  : l’atelier, initié à l’ESADHaR, pour Une Saison Graphique 14. Cet aspect constitue la poïétique même de la pièce, qui est avant tout une fabrique.
Pangramme est une interaction, qui se joue des relations aux signes. Saisir une lettre dans la casse et saisir du texte sur le composteur c’est rentrer dans le monde des signes, de significations même. Ici, saisir du texte c’est aussi se saisir du dispositif d’imprimerie  : d’être saisi des techniques d’impression, de ses outils, des actions qui la composent et des relations de la chaine des métiers et des personnes qui la composent. Car la relation initiale, ce sont les relations de la graphiste aux imprimeurs, allant de relation de professionnelle, amicale, d’affinités, de culture, d’intérêt pédagogique à l’anonymat  : les 20 imprimeurs choisis par Fanette Mellier sont pour certains des collaborateurs de longue date devenus amis, des ateliers des écoles partenaires, des artisans ou des grandes imprimeries ou encore des imprimeurs en ligne. Leurs spécialisations ou au contraire l’offre standardisée sont exploités comme une commande par la graphiste, les rendant à leur tour auteurs d’un nombre important de paramètres graphiques de la lettre qui leur a été commandé. L’interaction graphiste—imprimeur qui est montrée ici est une interaction d’ordre relationnelle. Cette relation rendue visible par l’exposition est un jeu de rôles, car ceux-ci sont en partie échangés  : La graphiste devient la commanditaire, et l’imprimeur  — affranchi de l’exécution seule— un collaborateur artistique.
La négociation de la commande jusqu’à l’objet imprimé est un tissage de relations, fait d’échanges soutenus ou dans l’absence d’échanges  : le visible de Pangramme  : ce que nous voyons et ce que nous lisons.

Mariina Bakic

SHARE