EDITION

EDITION – BRUNO PEINADO

 

Une édition née des expositions à Sérignan et à Colomiers

Installé en Bretagne, Bruno Peinado exposait pour la première fois en Occitanie, sa région natale. Il présentait deux installations à Colomiers, l’une au Pavillon Blanc, Nous tournons en rond dans la nuit et nous sommes dévorés par le feu et l’autre en extérieur, au quartier du Val d’Aran, Papillons de nuit. Il investissait également l’espace du MRAC de Sérignan avec l’exposition Il faut reconstruire l’Hacienda. À l’occasion de ces deux invitations, il ne se cantonnait pas à l’espace intérieur et clos des salles d’expositions : son œuvre se répand hors les murs et interroge les liens entre l’art, l’espace public et privé, l’intimité et la cité. Le retour de l’artiste dans le Sud marque le lien étroit qu’il entretient avec la couleur, la lumière, la matière et la peinture. C’est aussi un retour à son adolescence, à ses études aux Beaux-arts de Montpellier et à sa rencontre avec le groupe d’artistes Supports Surfaces – qui explore les possibilités des matériaux et supports, par la pratique de la peinture.


Un livre d’artiste
Les expositions de Sérignan et de Colomiers constituent le point de départ d’un projet d’édition : ce dernier marque un nouveau tournant dans le travail de Bruno Peinado vers la peinture. Ce livre à paraître en 2017 est une co-édition porté par l’éditeur Dilecta, qui réunit le Pavillon Blanc, le MRAC, et d’autres partenaires encore. Conçu par le studio Huz & Bosshard, un duo de graphistes implantés à Toulouse.


Bruno Peinado par Huz & Bosshard  
L’enjeu principal du projet d’édition est de rendre avec justesse l’intense luminosité présente dans les expositions, l’éclat et la douceur des couleurs, ainsi que l’aspect flottant et léger des œuvres, des toiles libres et des voiles aux teintes d’aube et de crépuscule. Le studio Huz et Bosshard propose ainsi une édition au format compact compilant plusieurs centaines de pages aussi légères que transparentes pour déambuler dans l’œuvre de Bruno Peinado, au fil des images et des textes de Claire le Restif, directrice du Credac et de Sandra Patron, directrice du MRAC.

SHARE