EDITION

LA PREMIERE EDITION MONOGRAPHIQUE DE REMI GROUSSIN

  

La 1ère édition de Rémi Groussin, poursuite de l'action d'aide à la création du centre d'art.

En 2014, l’artiste Rémi Groussin réalisait sa 1ère exposition monographique dans un centre d’art. Ce travail d’aide à la création se poursuivait dans le programme du Centre d’art par le soutien à la 1ère édition de l’artiste. A l'initiative du projet, le Centre d’art de Colomiers a ainsi aidé à rassembler d’autres partenaires. Nekatoenea - résidence d'artiste à Hendaye, la DRAC Midi-Pyrénées, La Ville d'Anglet avec la Villa Beatrix Enea, Le lieu Commun à Toulouse et le BBB centre d'art ont ainsi collaboré à l'aventure autour de l'éditeur d'art Dilecta.

http://issuu.com/marieclementine/docs/remi_groussin-extraits

 

Studio Syndicat, graphiste invité à concevoir l'édition

Les principes de cette édition reposent sur la rencontre entre l’art et le livre, à savoir : la collaboration artiste-graphiste, un partenariat avec un éditeur et d’autres structures afin d’insérer l’édition dans le circuit du livre et afin de partager les couts, un concept éditorial défini par l’artiste (le « making of » dans  le cas de cette édition, en lien avec le cinéma). Ce sont les graphiste Sacha Léopold et François Havegeer du studio Syndicat qui ont ainsi été invités à concevoir cette édition. L'exposition "le livre s'expose" se fera l'écho du travail de ces graphiste autour de ce livre et d'autres projets de design graphique, du 28 février eu 28 mars 2015 au pavillon Blanc.

 

Le "making of" pour projet éditorial

Dans sa note d'intention à l'origine du projet, l'artiste écrivait: « Un "Making-of" dans la tradition du cinéma est cet anglicisme utilisé pour définir un film documentaire relatant les coulisses même de la préparation d'un film. Au Québec le terme francophone se transforme en " Revue de Tournage". Ici "Making-Off" devient un jeu de mot, une dyslexie, percutant le sens connu de cette expression cinématographique. Le concept propose une mise à mal des coulisses (du off) de tout un regard d'artiste.

Basé sur l'ensemble de mon travail depuis ma sortie des Beaux-Arts (2010), durant les divers projets d'expositions et de résidences, cette édition partira de ce constat essentiel à la compréhension de ma direction artistique : celui de révéler une certaine vanité. A différents degrés, la pratique même de l'art devient vaine dans des jeux d'illusions, de déconstructions et de ruines. Et c'est par une "méthode chorégraphiée" que j'engage ce rapport supposément "déceptif" au spectateur.

L'enjeu principal de l'édition est d'abord de rendre visible ce regard d'artiste, et d'en disséquer les différents rouages. Au même titre que le film Sl'alom (2014), j'ai en ma possession une banque d'images, prises de vues, qui détaillent les avant, les pendant et les après de chaque exposition réalisée jusqu'alors. En tentant de cataloguer tout ça, je me suis rendu compte que de nombreuses photos rendent compte de ce basculement entre construction et destruction. J'aimerai pouvoir leur conférer un réel statut d'image qui sorte du simple cadre documentaire en assumant de vraies qualités plastiques, presque picturales, voire sculpturales ».

Rémi Groussin, juin 2014

SHARE