VINCENT OLINET, RERUM NOVARUM


30/05/2015 - 10:00
29/08/2015 - 18:00

L'EXPOSITION

Pour sa première exposition monographique dans un centre d’art en France, Vincent Olinet crée une vaste installation à la croisée du parking, de la manufacture et du garage. Par moulage et assemblage, il reproduit une série d’exemplaires de la Benz Velo Comfortable de 1893, première voiture standardisée de l’histoire industrielle. La voiture incarne un monde nouveau, image et prisme d’une époque qui a vu naître le cinéma, nombre  de découvertes scientifiques et d’idéologies nouvelles et la société industrielle. L’artiste s’intéresse aux machines à rêves ; ses œuvres sont des mirages et des miroirs. « L'ère industrielle repose la question du collectif écrit t-il. L'Homme existe, et comme les humanistes l'arrachent à Dieu, l'âge industriel l'arrache à la Nature. Tout d'un coup en inventant la machine on considère l'Humain. Rerum Novarum, des Choses Nouvelles. Sans partager les encycliques, c'est bien la dimension humaine, sociale, socialiste, qui croît en même temps. Seuls restent les boulons boulonnés, les vis vissées, et pourtant la vie est là, derrière. »

L’exposition se prolonge du 2 au 29 juillet aux Galeries Lafayette de Toulouse, partenaires de l’exposition dans le cadre de l’événement national « Vitrines sur l’Art 2015 ».

 

© Vincent Olinet, Rerum Novarum, 2015. Courtoisie galerie Laurent Gaudin

 

VINCENT OLINET

Né à Lyon en 1981, Vincent Olinet s’est formé à la Rijksakademie d’Amsterdam et à l'éEcole des beaux-arts de Lyon. Il fabrique, expérimente et construit des univers et objets en transit entre le réel et l’imaginaire. Fasciné par Walt Disney et la fabrication du merveilleux, il sculpte le réel pour lui donner la démesure du rêve enfantin. Il choisit ses sujets pour leur pouvoir affectif, visuel et coloré, leur potentiel à parler de manière universelle, et les façonne pour amplifier leur naturel sculptural. Il fait de ses modèles des personnalités à double face, jouant sur une perception à la fois attirante et repoussante, la confusion du vrai et du faux.
La première exposition de cet artiste en Centre d’art ouvre les portes de l’imaginaire. Si ses œuvres s’incarnent souvent dans la sculpture, elles persistent en mémoire comme des images.
www.vincentolinet.com/
www.laurentgodin.com

 

 

Rerum Novarum - Vincent Olinet (2015) from Pavillon Blanc on Vimeo.

 

Photos : Ville de Colomiers / Yann Gachet

 

Cliquer sur les images ci-dessous pour faire apparaître les grandes versions.





SHARE