EDOUARD BARIBEAUD & CHRIS JOHANSON


23/11/2011 - 17:00
17/12/2011 - 18:00

sommaire :

EDOUARD BARIBEAUD & CHRIS JOHANSON - L'EXPOSITION

L'ECOLE DU DESSIN / EVENEMENTS ASSOCIES 

LE TERRIER – GILLES BARBIER

 

  

  


EDOUARD BARIBEAUD & CHRIS JOHANSON - L’EXPOSITION

D'un autre monde - Printemps de Septembreà Toulouse

 

Fidèle à son projet autour des arts graphiques en ce début de saison, l'exposition de Colomiers réunit deux artistes de deux générations différentes, l'un américain et l'autre franco-allemand. Le panthéisme des paysages d’Edouard Baribeaud est bien éloigné de la société peinte par Chris Johanson. C'est la manière qu'ils ont de dessiner en peinture qui les rapproche. Mais aussi une quête métaphysique et la volonté d'écrire un autre monde, une peinture touchant aux croyances pour Baribeaud et à l'existence pour Johanson.

Image : C Johanson, Untitled, 2005 Courtoisie de la galerie Baronian_Francey

 

Exposition co-programmée et coproduite par le Pavillon Blanc Médiathèque l Centre d’art de Colomiers et le Printemps de Septembre-à Toulouse, édition 2011

Commissariat associé Anne Pontégnie & Arnaud Fourrier

Un autre monde, 23 septembre – 16 octobre.
http://www.printempsdeseptembre.com

 

LES ARTISTES, EDOUARD BARIBEAUD ET CHRIS JOHANSON

 

Édouard Baribeaud
Artiste franco-allemand né en 1984, vit et travaille à Berlin et Paris.

« Ma démarche artistique s’inscrit dans une recherche de motifs dans des lieux insolites, de rencontres et de dialogues avec des personnes croisées au hasard de mes chemins. Partant de croquis et d’impressions recueillis sur place, les œuvres créées mettent en scène le vécu dans des visions inspirées et réinterprétées par ma sensibilité et mes références personnelles d’artiste franco-allemand. Ce double regard produit un effet de distanciation (Verfremdung) propice à un dialogue entre l’œuvre et le spectateur. Le propre de la rêverie poétique, de l’alliance du regard de l’artiste et des paroles des témoins est de dépasser les oppositions, de concilier les contraires, de faire passer le lointain dans le proche, le passé dans le contemporain. Il s’agit de créer un univers intemporel et universel entre la réalité et l’imaginaire introduit par l’artiste. »
Édouard Baribeaud
Il présentera une série de peintures et dessins en noir et blanc et couleurs, ainsi qu’une vidéo suivant le cheminement poétique d’un étrange chevalier, dans les paysages urbain, lacunaire ou maritime du Brésil.

Image : E Baribeaud, Goeterdeamerung  

Chris Johanson
Né en 1968 à San José, vit et travaille à Portland (États-unis).

Chris Johanson se fait connaître dans les années 90 par sa pratique du skateboard et du graffiti, développées par la jeune scène de San Francisco. Dessin, peinture, sculpture et installation ont enrichi au fil des années les pratiques de l’artiste américain, dont les matériaux de base sont toujours recyclés ou d’occasion.
Son univers artistique est centré sur les rapports qu’entretiennent les êtres humains avec leur environnement immédiat. Les combats, la vie urbaine, la fraternité, la solitude, les petits plaisirs simples mais aussi les désagréments du quotidien sont quelques-uns des sujets que Chris Johanson retranscrit dans ses tableaux naïfs et ultra colorés. Ses travaux empruntent à des éléments extrêmement divers de l’histoire de l’art, du Pop art à l’abstraction géométrique, et constituent un univers unique et singulier.

haut de page 


 

L'ECOLE DU DESSIN / EVENEMENTS ASSOCIES :

 

Avec l’Ecole du dessin, le Centre d'art s'associe au 25ème Festival de la Bande Dessinée de Colomiers (18 - 20 novembre 2011) et à Graphéïne, l'événement du réseau PinkPong, pour proposer une programmation autour du dessin et de la jeune création.
Retrouvez l’information complète dans l’AGENDA.

Visites et ateliers

Retrouvez les visites et les ateliers programmés autour de l'exposition dans l'agenda!

Road Strip#4 - exposition urbaine

4 - 30 novembre, rues de colomiers

Dans la ville, avec Charlotte Perrin, Géraud Soulhiol, Nicolas Jaoul, Jérémie Louvencourt et Julia Lamoureux.

Image : Julia Lamoureux, esquisse pour raod strip 2011

La première fois, récit de premières expériences créatives

5 novembre, 14h au Pavillon Blanc
Parcours en bus à découverte de premières expériences créatives, à la Plateforme d’Art de Muret, l’espace Paul-Eluard de Cugnaux, le Majorat à Villeneuve-Tolosane et au Pavillon Blanc.

Quand l'image s'anime - programmation vidéo

8 - 20 novembre
Programmation vidéo-animée à partir de travaux réalisés à l'Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Toulouse et à l'Ecole des Métiers du Cinéma d'Animation d'Angoulême.

 

Workshop "L'atelier - exposition" les 19 et 20 novembre, avec Fleur Noguera et les étudiants des beaux-arts de Toulouse

 

Conférence "l'oeuvre imprimée" / éditions L'Emmentaliste de G Barbier, Interstice, et Road Strip

18 novembre à 16h, salle de conférence du Pavillon Blanc
Question : le passage de l’œuvre à l’imprimé fait il œuvre ? Réponse : des artistes et des éditeurs seront là pour en débattre. Plusieurs éditions sont à l’honneur : Interstice du collectif In/out, Road Strip et l’édition L’Emmentaliste de Gilles Barbier aux Requins Marteaux, conçue suite à l'exposition inaugurale du Pavillon Blanc.

Les éditions du centre d'art seront présentées à l'occasion des salons de l'édition d'art "le catalogue et ses hybrides" et "Vivons Livres"

haut de page

  


LE TERRIER – GILLES BARBIER

 

Après l’exposition Inaugurale de Gilles Barbier au Pavillon Blanc, Le Terrier (2004) reste exposé jusqu’au 17 décembre 2011. Pièce maitresse de l’exposition, il sera au cœur de l’édition L’Emmentaliste, autour de l’œuvre de Gilles Barbier, dont la sortie est prévue pour novembre 2011 au Requins Marteaux :

« Quelle insolite structure que ce terrier ! Au vu de ce qu’il renferme, on reconnaît aussitôt un gîte humain. Mais le plus troublant est de savoir ce trou en ce moment même habité. Émergeant de dessous la couverture, une chevelure de jais donne à penser qu’un corps est allongé, là, sous nos yeux. Dans un instant pétrifié d’éternité, comme en une crypte où le temps n’a plus de prise, cette forme gisante paraît calmement assoupie. Mais comment en être sûr ? On peut supposer qu’elle a succombé (!) au sommeil après la lecture de quelques pages de roman, blottie dans le confort anesthésiant d’un univers implanté du dehors. Cette véridicité d’objets renforce l’effet apaisant d’un havre domestique. Comme dans une bulle. Il en faut peu pour se croire à l’abri. Tout semble plausible, y compris l’habitacle en tant que tel, qui tient pourtant du vivarium. Posée hors du sol, comme une improbable fusée, cette sculpture n’a de cesse de suggérer avec ses départs de galeries en tous sens l’enfouissement au creux de la terre. C’est la cache inhumée de quelque intrépide troglodyte sondant la matière tellurique. Ainsi enseveli, il fouille de près l’épaisseur des choses. Muré dans l’inquiétante beauté de son projet. Telle une créature kafkaïenne. »
Jacques Samson, notice extraite de L’Emmentaliste, à paraître.

Image : Gilles Barbier, Le Terrier, 2004. Photo Marc Boyer

haut de pageCliquer sur les images ci-dessous pour faire apparaître les grandes versions.





SHARE